recherche avancée

Filtrer

Adrienne nous a quittés.

Tristesse... le vendredi 24 avril 2020

Lettre à Mamie.

1980, j’avais 16 ans, venant de la banlieue proche,  je commençais à trainer à Lyon. Je ne sais par quel hasard, mais on peut dire qu’il a bien fait les choses, je remonte la rue du petit David et je tombe sur une devanture bourrée de bd, un peu posées à l’arrache et une dame assise devant en train de lire.
J’entre et là c’est la caverne, le temple, le truc de fou …
-"Je peux t’aider jeune homme!"
-" Vous avez des Cortos, madame?"
-" Alors moi c’est Adrienne et si je n’avais pas de Corto, ça ne s’appellerait pas Expérience…"

Et là, tu en apprends sur la vie de Pratt qu’elle a croisé à Angoulême et t’écoutes et tu prends une leçon d’humanité et de bd ; la passion du livre, de la science-fiction, du dessin et des auteurs faisaient de cet endroit une tribune où des gens de toute classe sociale et d’horizon échangeaient autour d’un café.
Le,"si t’aimes pas, tu ramènes !" qui a toujours cours aujourd’hui, fait partie de l’ADN d’Expérience et celui de considérer la vente comme un prétexte pour se parler, si t’as envie bien sûr.
Pendant 10 ans j’ai trainé et appris auprès d’elle et de sa fille Véro, au demeurant psychiatre mais qui venait se détendre à la lib le weekend.
Raconter des blagues avec  Sarkis, son mari, Sylvie, Jackson, Didier…une famille présente et un esprit de communauté post 68 qui fait trop envie.
En 90, Adrienne à  60 ans, et elle me pose une lettre d’embauche sur la table, enfin une lettre, les yeux du chat de Moebius version collector avec trois petits mots : surpris ?? Content ??...Prêt ??
Expérience Place antonin Poncet était né.

Grace à elle,  j’ai rencontré presque tous les auteurs qui m’avaient fait rêver en tant que lecteur.
Auprès d’elle, j’ai appris le métier de libraire tel qu’elle le voyait, basé sur les relations humaines, l’amour du livre et tant pis si tu te plantes, si la passion est là.  

Elle a aussi eu l’audace de monter un rayon disque au sein de la librairie (avec  Stéphane aux platines et Mathias dans l’autre magasin rue Terme) et d’accueillir une radio comme Couleur 3 pour son décrochage local,  un vrai scénario de BD,  une belle aventure.  
À ce moment-là,  on l’appelait affectueusement la mamie… A partir de 95,  elle nous a laissé les manettes pour lâcher en 2000, date à laquelle nous avons racheté avec Nico.
Toutes ces années, cette arménienne de  sang,  très pudique sur son passé, a été pour moi une maman, une copine, une confidente et accessoirement ma boss.
J’ai en tête milles anecdotes de partage, de restos arrosés où on refait le monde, d’apéros à base de feuille de vigne, de soirées où tu la vois danser sur du rap sans complexes.
Elle a eu une belle vie, pas toujours simple mais bon on ne peut pas tout avoir.
Je ne peux pas vous dire tout ce que je ressens, juste une partie de moi qui est partie ce vendredi 24 avril. Tu vas me manquer.  
J’espère que là où tu es,  tu es bien avec ton mari, Moebius et tous tes copains partis trop vite. Cette année, c’est les 30 ans de la librairie et ce devait être tes 90 ans ; tu m’avais dit:
« on fête mon anniversaire et après je peux partir… » on la fera cette fête et tu seras avec nous… et surtout nous essayerons autant que faire se peut, qu’Expérience soit toujours là pour les lecteurs de BD que tu affectionnais tant.
Je suis triste que tu n’ai pas tenu, triste de ne pas pouvoir t’accompagner une dernière fois, triste pour ta famille avec qui je ne peux pas me recueillir.
Je ne t’oublierai jamais Adrienne et tu auras toujours une place dans mon cœur,  je t’aime !

Jean-Louis

Camille, Max,  Jonathan, Renaud,  Nicolas et moi-même voulons partager la douleur de cet instant avec toute la famille Krikorian et vous serez les bienvenus lorsqu’on aura fini de confire. On vous embrasse et on pense à vous…
 
Pour ceux qui ne la connaissaient pas cliquer sur les photos et pour toutes les personnes qui veulent laisser un mot, un témoignage ou juste partager avec ses proches, vous pouvez le faire en cliquant ici, nous ferons suivre. Merci.